Retour sur le stage d’Août 2020, par André, notre président.
Enfin le stage du 28 au 30 08 a pu se dérouler dans un cadre idéal permettant un confort dans le déroulé de celui-ci et malgré des conditions d’observation du ciel totalement défavorables ; 9 inscrits de tous âges et de niveaux, passionnés, avec lesquels nous avons pu échanger avec beaucoup de plaisir. Paul, Julian, Inès, Joud, Loulou, Virginie, Georges, Muriel, Kyra. Pas facile de faire un programme adapté à la compréhension de tous.

Orientation dans le ciel, Constellations, instruments et évolutions techniques, système solaire, vie et mort des étoiles, le Soleil, la Lune, les marées ont été abordés avec un peu d’historique et de démarche scientifique. Je reconnais les avoir fait souffrir en fin de parcours avec « les infinis : où sont les bords ? », inspiré par le livre de Christophe Galfard « l’univers à portée de main » ; La vulgarisation de cette démarche est difficile et sans doute déborde l’initiation. Qu’ils me pardonnent. Chacun choisira ce qu’il voudra dans le « paquage » que Christophe va leur faire parvenir par We transfert ; Chacun est reparti avec son cadran solaire sous le bras. Nous espérons les revoir bientôt à la Maison des chasseurs le 15 septembre.

Deux soirs sans observations, malgré l’optimiste que j’ai affiché jusqu’au dernier moment. J’ai dû me soumettre aux lois de la nature… Dommage, mais un Fabrice magistral nous a détaillé très utilement dans notre salle, le montage et la mise en station de sa lunette, les préparations aux prises de vues, leur traitement automatique immédiat. Malheureusement le plafond du bâtiment et des nuages ne nous a pas permis d’observer la voûte céleste. Fabrice avait dans sa boite des superbes images qu’il avait pu prendre auparavant avec la caméra de l’association, lors des précédentes sorties : M13, L’anneau de la Lyre, Dumbell… et autres nébuleuses et galaxies. Nous avons pu rêver, au chaud et au sec.

Nous espérons pouvoir manipuler plus facilement dans les mois à venir. Animer un stage n’est pas de tout repos, mais j’ai encore eu beaucoup de plaisir à transmettre, même s’il m’a fallu monter et descendre 42 marches assez souvent.

Paul aura clos les 3 jours en nous rappelant les dangers des nuisances lumineuses et les lois non respectées.

Considérant que le lien social est aussi important que les données scientifiques, que la proximité est plus utile que des visioconférences, je pense que nous avons réussi ce stage.